Les jeux vidéos peuvent-ils servir d’outils à la communication politique ?

Dans notre article précédent, nous avons noté que la conception et l’utilisation ultérieure d’un serious game font l’objet d’un travail de mutualisation nécessitant plusieurs niveaux d’accompagnements. Ces derniers ont pour objectif de conserver une certaine cohérence dans la mise en œuvre d’un jeu sérieux. Il existe différentes variantes  de jeux sérieux. Nous en avons défini quelques unes  dans nos articles précédents.  Néanmoins on peut noter également le développement de jeux vidéos dits « engagés » : les politicals games. Ces derniers ont fait l’objet d’une récente émission à France Culture . Les political  games  constituent une catégorie à part des jeux sérieux. Ces jeux vidéos spécifiques peuvent servir d’outils à la communication politique.

capture_0

Tous les jeux politiques que l’on retrouve sur Internet ne se valent pas. Des agences web créent des applications où la politique n’est finalement qu’un prétexte. Il s’agit souvent de parodie ou de mise en scène irrévérencieuse (genre Street Fighter par exemple) des chefs d’État qui, pour le coup, sont très populaires.  À l’inverse, le vrai jeu politique peut être un bon medium pour véhiculer des idées d’après  l’analyse d’Olivier Mauco. Effectivement le jeu est basé sur l’action et donc il crée de l’expérience. C’est un outil de communication actif où le joueur apprend par lui-même. La première catégorie de jeu politique est celle à visée informative. L’association Voxe.org est à l’origine d’un premier outil comparateur en ligne de programmes électoraux. Ceci a pour objectif de fournir une information claire et neutre, apportant des précisions factuelles sur un thème donné.  En mars 2012, cette association a organisé un hackathon , un marathon de développeurs autour de cet outil comparateur. Plusieurs projets d’application se sont cristallisés autour de jeux tels que le projet Tamago.li où le joueur pouvait incarner tour à tour le candidat Hollande  et le candidat Sarkosy lors des élections présidentielles. Il choisissait une proposition et, lors de sa mise en œuvre, il gagnait des points (des votes) ou il perdait de l’argent. Actuellement cette association est en train de réaliser un futur serious game pour les élections européennes de 2014. Il s’agit pour les jeunes de 17-20 ans de pouvoir, en classe ou bien chez eux, découvrir les propositions des listes européennes mais également de connaître les enjeux de l’Europe, de l’Union Européenne et de se positionner en fonction de ces enjeux.

Le jeu vidéo est un algorithme mettant en scène une procédure, une mécanique. Tout l’enjeu pour un personnage c’est de découvrir, maîtriser cette mécanique. Le jeu est le meilleur moyen de faire comprendre à des  systèmes macros qui dépassent l’individu. Par exemple aux États-Unis, un jeu permet de comprendre l’impact du découpage électoral sur le résultat du scrutin. De même, en France, Cyberbudget.fr est un jeu de simulation en ligne du budget de l’État. Ces jeux politiques pédagogiques sont proches du Newsgame soit des jeux vidéos utilisés par certains journalistes pour informer comme Le Monde.fr avec le jeu « Primaires à gauche » . De même plusieurs ONG utilisent cet outil de communication pour sensibiliser un public à leur cause. L’ONU a créé un jeu  » Halte aux catastrophes  » en prévention d’éventuels tsunamis ou séismes.

La deuxième famille de jeux politiques est celle des jeux militants ou de propagande. Là, l’expérience ludique sert un objectif de persuasion. les premiers political games sont apparus au cours des années 1990 à l’initiative de groupes néonazis qui mettaient en scène des camps de concentration. C’est l’une des raisons qui ont poussé les éditeurs de jeux vidéos à ne pas promouvoir des discours partisans. Récemment les jihadistes ont mis en ligne un jeu invitant à repousser l’invasion française dans le Mali musulman. La persuasion du jeu vidéo est souvent fondée sur  la rhétorique de l’échec. C’est-à-dire le joueur ne peut que perdre face à un système toujours plus fort. En tant qu’exemple notable, le jeu « September 12th » de Gonzalo Frasca est cité. Ce jeu critique la guerre contre le terrorisme et met en lumière le mythe impossible de la « frappe chirurgicale ». Le joueur visite un village et à chaque frappe, les terroristes se multiplient, ce qui rend  impossible la possibilité de gagner.

September12

Aucun fait d’actualité n’échappe à ces jeux porteurs de messages.  « Endgame : Syria » simule les choix à prendre pour sortir du conflit syrien par exemple. Certains éditeurs indépendants se sont spécialisés dans l’activisme ludique comme « Persuasive Game » ou « Moleindustria » (très radical dans la critique sociale).  Le jeu persuasif permet d’intégrer des liens de causalité et fait réfléchir le joueur sur les conséquences de ses actes. Néanmoins  les partis politiques ont peu recours au jeu politique militant malgré son potentiel de frappe. On note par conséquent que le jeu vidéo reste un medium illégitime. le développement des tablettes ou des smartphones rend le jeu moins confidentiel (il n’est plus très utile d’avoir un code secret si on joue dans des lieux publics comme le tramway). De plus le jeu vidéo, s’il n’est pas explicitement politique, peut être porteur d’idéologies, de rapports au pouvoir.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter : « Les political video games : entre discours militant et outil de communication politique », d’Olivier Mauco.

@NicolasBusquet1

 

 

About these ads

4 réflexions sur “Les jeux vidéos peuvent-ils servir d’outils à la communication politique ?

    • Pas forcément, un jeu vidéo est adapté et produit en fonction d’un public visé. Cela peut concerner des enfants, des adolescents voire des adultes dans un contexte professionnel par exemple (entreprise, hôpital,etc.) ou bien alors universitaire.

  1. […] Dans notre article précédent nous avons présenté les politicals games, des jeux vidéos dits engagés qui peuvent être décomposés en deux grands groupes : les jeux à visée informative et les jeux militants. Il s’agit d’aborder de manière plus approfondie un certain type de jeux que nous avions rapidement cité : les newsgames.Olivier Mauco, sur le site de France Culture, définit le newsgame comme "un dispositif ludique de mise en scène de l’information empruntant aux jeux vidéo ses codes cognitifs et procéduraux". […]

  2. […] Dans notre article précédent nous avons présenté les politicals games, des jeux vidéos dits engagés qui peuvent être décomposés en deux grands groupes : les jeux à visée informative et les jeux militants. Il s’agit d’aborder de manière plus approfondie un certain type de jeux que nous avions rapidement cité : les newsgames. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s