Opération de médiation culturelle concrète : l’exposition Paroles d’Afrique au Musée Ethnographique de Bordeaux.

Après avoir défini dans un précédent article le concept global de « médiation culturelle », intéressons-nous à présent au dispositif concret de médiation culturelle mis en place actuellement au sein du Musée Ethnographique de Bordeaux : l’exposition Paroles d’Afrique.

Affiche de l'exposition Paroles d'Afrique (cop : http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr)
Affiche de l’exposition Paroles d’Afrique
(cop : http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr)

Le Musée Ethnographique de Bordeaux : ses objectifs de médiation et de pédagogie

En relation avec les recherches africanistes menées au sein du Département d’Ethnologie de l’Université de Bordeaux Segalen (Université de Bordeaux II), le Musée Ethnographique de Bordeaux Segalen (MEB) met en évidence des questions de société et les enjeux qui en découlent à travers des expositions destinées à un public diversifié. Élaborés à partir de travaux scientifiques, les contenus proposés ont pour vocation d’être accessibles et compréhensibles pour tout type de visiteur (associations, groupes scolaires, institutions publiques et privées, particuliers…). La médiation culturelle s’exprime alors à travers l’accompagnement personnalisé du public par l’équipe de médiation : plaquettes d’informations, visites commentées, livrets pédagogiques et ateliers à l’attention des plus jeunes.

L’exposition Paroles d’Afrique

Actuellement, le MEB présente sa nouvelle exposition Paroles d’Afrique jusqu’au 31 mai 2013. Plongé en terre africaine, le visiteur explore les aspects sociaux, culturels et politiques de la parole d’Afrique. A travers le son, l’image et les objets, l’exposition met en avant la variété et l’omniprésence de la parole sous forme orale et écrite dans la société africaine d’aujourd’hui. Conscients que les mots sont « comme des balles de fusil, qui blessent à jamais le récepteur », certaines cultures africaines transforment la parole en signe physique ou sonore ; la communication s’exprime alors par le biais des objets, porteurs d’une signification particulière. Cette exposition nous permet de les découvrir, comme par exemple, le type de robe que portent les femmes lorsqu’elles soupçonnent leur mari d’infidélité, un tambour qui, utilisé en altitude permet d’envoyer des signaux divers, ou encore un pot en terre cuite qui sert à communiquer par la fumée… Ainsi, au fil des six salles, nous sommes amenés à nous questionner sur notre propre rapport à la parole dans un contexte où les liens sociaux s’éloignent de plus en plus.

Après une brève présentation de la diversité linguistique en Afrique, le visiteur découvre dans un premier lieu des langages africains ordinaires, ésotériques et courants. A travers des devinettes et des proverbes, la parole se construit grâce à un processus d’apprentissage quotidien chez les enfants. Elle devient alors un élément fondamental dans la construction de l’identité d’une communauté. Les écrits du quotidien permettent de valoriser les langues locales (par exemple : présence du peul dans les manuels scolaires). De plus, les médias comme la radio offrent la possibilité aux habitants de s’ouvrir au monde tout en diffusant leurs langues locales.

Manuels scolaires en peul
Manuels scolaires en peul

La deuxième salle présente la fonction sociale des plaisanteries qui se déploient sous diverses formes : sur facebook, les jeunes ivoriens échangent des joutes verbales d’insultes et au sein même d’un village, des crises de couple peuvent être résolues après concertation avec l’ensemble des habitants. Ainsi, la parole permet aussi d’atténuer les tensions sociales.

Le visiteur poursuit sa visite dans un nouvel espace mettant en scène les expressions littéraires africaines. Du point de vue de la littérature orale, l’Afrique regorge de conteurs qui, à travers la richesse de leurs histoires, réactivent les valeurs de la société africaine. Les instruments de musique offrent la possibilité aux griots de conter les épopées d’Afrique au rythme de la musique. Du point de vue de la littérature écrite, nous avons la possibilité de feuilleter des ouvrages en langues africaines dans le salon lecture. Ces écritures diversifiées permettent de valoriser les langues locales.

Ensuite, une salle de vidéo projection nous propose un cours-métrage sur l’utilisation de la parole dans les rituel d’initiation des femmes. Cette parole est considérée comme efficace puisqu’elle est proférée par la communauté à l’attention d’une jeune femme pour l’accompagner dans son apprentissage.

Appareil d'écoute de morceaux musicaux : slam et rap
Appareil d’écoute de morceaux musicaux : slam et rap

Au sein de l’espace suivant, les supports interactifs montrent que la parole d’Afrique est ouverte sur la monde. Non figée dans son passé, elle s’échange en relation avec celles des autres continents. Les mots et les pratiques langagières se modifient et s’enrichissent lorsqu’elles entrent en relation avec les autres cultures. La population se réapproprie ces nouveaux langages en créant de nouvelles formes artistiques comme le slam et le rap.

Enfin, l’exposition s’achève sur une vitrine mettant en évidence un projet pédagogique entre des écoles françaises et africaines. En complément, une présentation du conte comme outil d’intercompréhension nous permet de mieux cerner l’importance de la parole dans le processus de socialisation entre les hommes.

253
Le conte comme outil d’intercompréhension
  • Rencontre musicale : le groupe sénégalais Mussa Molo

Dans une vaste pièce du musée, chaleureuse et conviviale, composée de fauteuils et de coussins, les visiteurs ont été conviés (le 21 février 2013) à une rencontre musicale d’inspiration peule rythmée par des instruments traditionnels et modernes, avec le groupe sénégalais Mussa Molo (lien vers le site web du groupe). Abdou Sow, leader du groupe et les musiciens ont fait découvrir aux participants de cet atelier l’histoire et les secrets de fabrication de leurs instruments traditionnels comme le Hoddu, le Nianiérou, la Calebasse, le Balafon, le Djembé, le Saba… Puis, ils nous ont sollicité à devenir des musiciens à notre tour, en nous prêtant divers instruments afin de participer aux chansons avec eux. Cet atelier musical, ainsi que tous les modules de l’exposition, nous ont offert l’opportunité de découvrir et de partager la culture africaine, et de la concevoir sur le plan linguistique, sociologique, ethnologique, politique, et artistique.


Être médiateur culturel

A l’issue de la visite, l’un des guide de l’exposition Paroles d’Afrique nous a accordé un bref entretien. Il nous a fait part des modalités de création de l’exposition et, de manière plus générale, des différentes facettes du métier de médiateur culturel :

« L’exposition Paroles d’Afrique est l’aboutissement d’un travail de recherche scientifique de quatre ans qui continue de progresser. Au départ, un synopsis de l’exposition est élaboré en fonction des études scientifiques réalisées. Une scénographie voit le jour grâce à l’intervention de plusieurs professionnels qui choisissent d’agencer les espaces en fonction des idées à valoriser. Le travail du médiateur culturel consiste à communiquer à distance en permanence avec les deux commissaires d’exposition qui conçoivent l’exposition et les anthropologues qui poursuivent leurs recherches. L’objectif est de vulgariser les propos scientifiques à l’attention d’un public diversifié. Or, comment matérialiser la parole ? La difficulté est de rendre accessible ce sujet abstrait à l’attention de tous les publics, notamment auprès des plus jeunes. Il faut adapter le discours et les dispositifs de médiation. Nécessairement, il faut prendre de la distance à la fois par rapport à l’exposition et aussi par rapport à notre rôle de médiateur. Être médiateur culturel c’est sortir du statut de guide, savoir faire preuve d’empathie et se glisser dans la peau du spectateur. Notre intérêt réside également dans les retours critique du public vis-à vis de la scénographie. On peut alors faire part de ces remarques aux organisateurs et réadapter le parcours en fonction des spécificités du public. »

Propos recueillis le 21 février 2013 au MEB de l’université Bordeaux Segalen.

L’exposition Paroles d’Afrique et la programmation artistique à venir 

Toujours afin d’illustrer et de faire partager l’art de la parole au sein de la culture africaine, les artistes fondateurs de la Compagnie Auguste-Bienvenue, vous invitent le vendredi 17 Mai 2013 à participer à leur atelier d’expression corporelle (de15 h à 16 h 30), au sujet de la parole dansée. De plus, vous assisterez à un spectacle autour de l’oralité, de la danse, du chant et de la musique de18 h à 19 h : « La compagnie Auguste-Bienvenue explore l’univers de la parole et de l’oralité et nous emmènent en Afrique des proverbes et des devinettes. Le corps, le chant, la parole et la musique deviendront les vecteurs du dialogue avec le public où la tradition des villages africains renaît en milieu urbain d’aujourd’hui.»
(issu de la programmation artistique de Paroles d’Afrique, page consultée le 07/05/2013, voir : http://www.meb.u-bordeaux2.fr/Flyer%20artistique.pdf )

Compagnie_Auguste_Bienvenue
La compagnie Auguste Bienvenue
(cop. : http://www.africultures.com)

Liens complémentaires :

Site du MEB : http://www.meb.u-bordeaux2.fr/

Blog du MEB : http://meb.over-blog.com/

Dossier de presse de l’exposition Paroles d’Afrique : http://www.meb.u-bordeaux2.fr/DP%20EXPO%20PAROLES.pdf

Page Facebook de l’exposition Paroles d’Afrique : http://www.facebook.com/MebExpositionParolesDAfrique

@_lrichard_

@altorres_t

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s