numérique et productions d’élèves : comment varier ?

numérique et productions d'élèves : comment varier ?

exemple de productions d’élèves possible à partir des outils numériques disponible en ligne

Publicités

Métadonnées

Métadonnées

Voici un dossier complet édité par le SCEREN concernant la notion de métadonnées.

Au programme : définition, utilité et utilisation des métadonnées en passant par le lien entre métadonnées et web éducatif pour onclure par une boite à outils proposant des formulaires directement en ligne de type LOMFR

ProfDocOsphere

ProfDocOsphere

 

ProfDocOsphère est un annuaire de sites de mutualisation des professeurs documentalistes afin de faire le lien entre tous les professeurs-documentalistes qui utilisent la toile comme support à leur activité professionnelle notamment en partageant des expériences et des séquences pédagogiques mais aussi des reflexions. 


Ainsi, ProfDocOsphère propose :
– un annuaire
 référençant des sites de mutualisation et permettant une recherche interne dans la base de données
– un flux d’actualités listant les dernières publications des sites référencés
– une recherche fédérée pour trouver des contenus publiés dans les différents sites référencés

SEQUENCE PEDAGOGIQUE

A l’heure des bilans CDI, projet CDI, projet documentaire…ou même des révisions du  CAPES DOCUMENTATION, il semble intéressant de proposer un modèle de présentation d’une séquence pédagogique  :

0 Présentation

-Nom

-Date

-Capes externe de documentation : session 2014 exceptionnelle

-épreuve orale d’admission

-Séquence pédagogique portant sur les programmes de collèges et lycées

1  Sujet

–          le sujet

–          Mettre en gras les choses importantes

–          Faire lien hypertextes si besoin

 

2  Contexte

–          Reprise des points importants du sujet : établissement, classe, programme, collaboration, intervenants, évaluation….

 

3.   Exploitation pédagogique

–          Notions abordés / programmes

–          Nombre de séances / lieu

–          Niveau et effectif

–          Prérequis

–          Outils tice

–          Production finale

–          Evaluation

 

4.   Objectifs

–          Disciplinaires = programmes

–          Info-documentaires : b2I, pacifi

–          Interdisciplinaires = socle commun

 

6.   Déroulement de la séquence

–          Séance par séance de préférence sous la forme d’un tableau (organisation et déroulement)

 

7.   Recherche documentaire (stratégie)

–          Problématique

–          Mots clés /descripteurs

–          Documents recherchés / sources

 

8.   Corpus de documents numériques

–          3 documents à résumer

-Justifier l’intérêt et l’exploitation pédagogiques

 

9.   Bibliographie Z44-005

10 documents

nom, prénom de l’auteur. Titre. [en ligne]Editeur, lieu, date.Disponible sur : nom du site.

 

10.               Analyse documentaire (2 documents)

–          Résumé

–          -descripteurs / mots clés

–          Indice dewey

 

11.  Bilan et Prolongement pédagogique

 

 

Quand la poésie numérique fait twitter les élèves

Lors des Boussoles du numérique, un atelier intitulé “Poésie numérique et réseau social de micro-blogging” a rapidement attiré ma curiosité pour poursuivre ma réflexion sur l’usage pédagogique des réseaux sociaux débuté l’année précédente lors des rencontres de l’an@é. Animé par Elise Chomienne (Ingenieur TICE à l’université de Bordeaux 3 et professeur à l’ESPE d’Aquitaine), l’atelier a mis en lumière un projet de liaison école-collège orchestré par Julie Blancard (professeur documentaliste, collège Nelson Mandela, Floirac) et Géraldine Margnac (professeur de Français, collège Nelson Mandela, Floirac) ainsi que Céline Souleille, professeur des écoles (Ecole élémentaire Pierre et Marie Curie, Floirac).

twitter_egg_or_bird_by_nishad2m8-d35rnss

Les élèves de la 6ème B du collège de Floirac appelée “classe média” participent au projet intitulé innovation-expérimentation d’éducation aux médias mené en binôme par Mme Blancard et Mme Margnac (voir en ligne sur le blog de la classe). En raison de deux heures par semaine, le projet s’articule autour de 3 axes :

  • Élaboration de reportages radiophoniques (podcasts) en partenariat avec le CLEMI Bordeaux.

  • La presse écrite. Rédaction d’un journal papier et sa version en ligne. Participation au Prix Varenne qui récompense les journaux scolaires.

  • Pratiques des médias numériques dont le micro-blogging avec une réflexion sur l’usage responsable d’Internet.

Concrètement, le projet consiste à créer du lien entre les élèves de l’école élémentaire et ceux du collège à travers une communication commune sur un réseau social préalablement choisi par les enseignants. Ainsi, les élèves échangent des haïkus, petits poèmes japonais qui se prêtent merveilleusement aux contraintes du tweet en réponse à des photographies du quartier posté par les élèves de l’école élémentaire. Les objectifs transversaux sont nombreux : liaison école/collège, appropriation du quartier (actuellement en mutation pour cause de travaux), éducation et accompagnement à l’usage des réseaux sociaux soit une maîtrise des outils et le développement d’une utilisation critique. Enfin, il s’agit aussi de “donner du sens aux apprentissages par une démarche de projet motivante”. Les objectifs disciplinaires sont aussi multiples que ce soit pour les élèves du collège mais aussi pour les plus petits : découverte des auteurs et des oeuvres, travail autour de l’imaginaire, travail autour de l’écriture et de la maîtrise de la langue française… Au niveau des compétences info-documentaires, ce projet permet notamment de valider des items du b2i (compétence 4 du socle commun de connaissances et de compétences) tels que s’approprier un environnement informatique de travail (domaine 1), adopter une attitude responsable (domaine 2) ou encore communiquer et échanger (domaine 5). En effet, la question de l’identité numérique s’est posée dès le début du projet avec la création des comptes Twitter/Babytwitt pour les collègiens et Babytwitt pour les CM1. Quelle plateforme de micro-blogging ? Utilisation d’un compte ouvert ? Choix de l’avatar ? Quel pseudo ?…De nombreux questionnements ont émergé chez les enseignants mais aussi chez les élèves. On retiendra par exemple le choix unique de babytwit pour le cycle élémentaire, un logiciel libre d’origine française permettant la protection des données postées par les élèves et aussi l’absence de publicité. Enfin, ce projet se positionne aisément dans le cadre du PACIFI (parcours de formation à la culture de l’information) sur lequel s’appuie les professeurs documentalistes. On pourrait alors citer la fiche 8 du PACIFI qui insiste sur l’éducation des élèves aux médias d’actualité autour des notions de communication, d’esprit critique ou encore de débat et cela grâce à la mise en place d’activités de production.

Ce projet innovant ouvre un peu plus la voie vers une éducation par et avec les réseaux sociaux au profit d’une culture informationnelle qui me semble plus que nécessaire dans la société 2.0. Pour ceux ou celles qui voudraient tenter l’expérience, rendez-vous sur la page Twittclasse et découvrez ceux qui ont déjà franchi le pas.

@jbourguet

International event in the ESPE d’ Aquitaine (2)

Meeting with two teachers of Samsun University in order to speak about children’s literature : 

 S1030002

           Literature for children is enjoyed by adults and children but must be adapted to the cognitive development and the social abilities of the children. Three important researchers have worked on childhood’s evolution. Jean Piaget was interested in the intellectual and cognitive development of the child which he defines in four stages : the sensorimotor period, the preoperational period, the period of concrete operations and the period of formal operations. Children’s Books can be classified according to these various stages. Yet, Erik Erikson worked on the child’s social development. From his side, Lawrence Kohl wrote about the development of the moral judgment of children. However, they can be classified in different genres and subgenres like in adult literature as novels, poetry, fantasy… In the 19th century book for children didn’t exist. This idea emerged from two philosophers, J. Locke and J.J Rousseau and the early 19th century became the “golden age” of literature for children with the Grimm brothers, H.C Andersen. Nowadays, many awards exist in the world to encourage children literature’s writers.

 

La littérature de jeunesse est appréciée des enfants autant que des adultes. Néanmoins, elle doit s’adapter aux différents stades de développement de l’enfant. Certains chercheurs comme J. Piaget, E. Erikson et Lawrence Kohl se sont penchés sur ce sujet. Pour Piaget, quatre stades se succèdent dans le développement de l’enfant : la période sensorimotrice, la période préopérationnelle, la période des opérations concrètes et pour finir, la période des opérations formelles. C’est donc en fonction de ces différents stades de développement que les livres pour enfants sont classés par genre et sous-genre (les livres d’éveil, les comptines, les contes, les fables, la science-fiction…). Au XIXème siècle, les livres pour enfants n’existaient pas, c’est pourquoi, avec les deux philosophes Locke et Rousseau, est apparu l’âge d’or de la littérature de jeunesse dont les plus représentatifs sont les frères Grimm et H. C. Andersen. De nos jours, de nombreux prix récompensent les écrivains et les illustrateurs de littérature de jeunesse.

See the slideshow :  Literature for Children (1)

@lucie_ruffin @jbourguet @Lefebvrechris16

International event in the ESPE d’ Aquitaine (1)

S1030014

Meeting with two teachers of Samsun University in the context of the Erasmus European Programme : 

 

Ms. Zerrin Eren and M. Mufit Semel came from the University of Samsun in Turkey on an Erasmus Mobility Programme from 16 to 19 September 2013. The University of Samsun or (OMU : Ondokuz Mayis Universitesi ) was established in 1975. Today, with over 40.000 students and 2 000 academic staff, it’s one of the leading universities in Turkey in terms of staff quality and number, in academic, social facilities and infrastructures. Besides, with 15 faculties the internationalisation represents one of the main objectives that’s why OMU wants to develop and be recognised on the international level. Being aware of the importance of creating knowledge and technology as well as increasing the international imployability of its graduates, continuous development of education and research quality is of utmost importance. The University also encourages the students and staff to experience international cultures and communication and interaction are at top level. 

In this context M. Mufit Semel and Ms. Zerrin Eren came to Merignac’s Espe. The Erasmus European programme offers the possibility of studying or working abroad in another country. It’s a very good experience to travel in a country. It allows students or teachers to meet diverse partners, to discover a different culture from theirs but also to exchange with foreign students as well as professors. 

Teaching staff mobility enables staff to spend a teaching period between 1 day – or at least 5 teaching hours – and 6 weeks at a higher education institution in another participating country. This programme aims at encouraging higher education institutions to broaden and enrich the range and content of the courses they offer, to promote the exchange of expertise and experience on pedagogical methods, to create links between higher education institutions and the enterprises and to motivate students and staff to become mobile and to assist them in preparing a mobility period.

 

@lucie_ruffin @jbourguet @Lefebvrechris16

 

 

La littérature de jeunesse

litt jeunesse

Les options ont cette particularité de réunir les étudiants des masters 1 et 2 de la spécialité documentation et systèmes d’information à l’occasion d’un cours portant sur l’utilisation de la littérature jeunesse dans l’enseignement scolaire. Pour cela est intervenue auprès de nous Mme BERNINI, professeur-documentaliste du collège Emile Zola de la commune de Le Haillan.

Dans un premier temps, Mme BERNINI nous a proposé d’entamer une réflexion autour de la place de la littérature de jeunesse dans l’enseignement scolaire, et nous a notamment demandé si la promotion de ce type de littérature faisait partie des missions du professeur-documentaliste. Il s’agit ici pour nous d’une question rhétorique, l’apprentissage de la lecture étant une connaissance fondamentale à acquérir au cour de la scolarité et la littérature de jeunesse semble le genre le plus adapté aux élèves. Mais en citant le socle commun comme support pour notre argumentation nous avons soulevé un point plus précis dans la question de Mme BERNINI, il n’était pas ici question d’apprentissage de la lecture.

La question était bien plus précise que ce que nous avions pensé au premier abord, il s’agit de la place que l’on accorde à la lecture plaisir dans l’enseignement scolaire. Est-il du rôle du professeur-documentaliste de mettre en place un fonds destiné à développer chez les élèves le plaisir de lire ? La encore le socle commun nous aide à répondre car celui-ci fut clairement mis en place comme un outil permettant « de développer certaines capacités, mais aussi certaines attitudes : le goût pour la lecture, l’ouverture au dialogue, la volonté de justesse dans l’expression… ».

Une fois admis le fait que la littérature de jeunesse est un outil permettant d’encourager chez les élèves un goût pour la lecture, nous nous sommes interrogés sur ce que nous pouvions offrir à nos élèves. Car en cherchant à stimuler le plaisir de lire, le professeur-documentaliste doit-il pour autant se tourner uniquement vers les grandes parutions à succès ( Twilight, Hunger Games, Harry Potter…) ? Si ces titres peuvent avoir un effet d’appel sur les élèves, il est important de leur proposer une offre plus large, plus complète et portant sur des thèmes plus personnels que ce que les best-sellers proposent. Pour cela Mme BERNINI nous a fait découvrir plusieurs maisons d’éditions reconnues pour la qualité de leur publication jeunesse. Voici quelques-unes de mes favorites :

http://www.actes-sud-junior.fr

http://www.gallimard-jeunesse.fr/9-13-ans

http://www.gulfstream.fr/

http://www.editionsmilan.com/

http://www.editions-sarbacane.com/index2.htm

http://www.syros.fr

 

Pour illustrer l’utilisation de la littérature jeunesse dans les établissements scolaires, voici quelques exemples :

Le Blog du CDI du Lycée Paul Arene de Sisteron, qui propose des critiques, écrites par les élèves, pour de multiples ouvrages http://blogedu.tv/cdi1/category/critiques-de-livres-2105

Le blog de Christophe Boutier, professeur documentaliste au collège de Gannat dans l’Allier. Il propose un tour complet d’activités à proposer autour de la littérature de jeunesse http://litterature.jeunesse.over-blog.com/

Et enfin la proposition par Savoir CDI de séances autour du roman policier http://www.cndp.fr/savoirscdi/cdi-outil-pedagogique/base-initiatives/initiatives-pedagogiques/le-roman-policier-une-approche-pedagogique-et-ludique.html

Nous remercions Mme BERNINI pour son intervention stimulante et la découverte des maisons d’éditions.

@SybilNile

 

Usages pédagogiques de la tablette

Comme nous l’avions vu dans un précédent article, les nouvelles technologies investissent massivement les salles de classes. En effet, de plus en plus d’établissements scolaires sont désormais équipés de tableaux numériques interactifs, d’ordinateurs portables, de tablettes numériques… Cette utilisation du numérique pour éduquer pose de multiples questions que ce soit pour les enseignants mais aussi pour les parents souvent perplexes quant à l’utilité de ces nouvelles méthodes.

L’année dernière, la médiathèque du Bois Fleuri (Lormont, 33) a tenté l’expérience avec le collège Montaigne afin de créer un lien entre lecture, nouvelles technologies et éducation dans le cadre du réseau ECLAIR. Fabrice Casareggio (responsable multimédia), deux professeurs des écoles et un professeur de français ont donc travaillé  dans un but commun : remédier aux difficultés de lecture rencontrées chez les jeunes et ainsi leur donner l’envie de lire en surmontant le plus possible les problèmes de compréhension. Cette expérience innovante montre l’importance des collaborations, encore trop peu existantes, entre des structures culturelles telles que les bibliothèques de lectures publiques et les établissements scolaires du second degré. Pour cela, une dizaine d’élèves de 6ème ont passé une semaine au sein de la médiathèque. Ils ont ainsi pu découvrir la lecture à travers divers ateliers : revue de presse à partir de quotidiens papier, atelier audio book qui a permis d’avoir une lecture soutenue pendant 45 min à partir d’un cd audio et de son support livre, atelier découverte livres d’artistes, ateliers  pratique comment choisir un livre, atelier sur les mangas, et des ateliers numériques sur tablettes ipad avec lecture à voix haute et une chasse aux trésors sur des applications ipad.  Les élèves se sont par exemple intéressés à la presse numérique via l’utilisation de l’Ipad alors qu’ils n’avaient pas l’habitude de lire la presse et n’en connaissaient donc pas les codes.

L’utilisation de certaines applications a permis aux élèves de (re)découvrir le plaisir de lire. Les applications utilisées pour cette expérience ont mis en avant des axes pédagogiques  importants et variés : compréhension de lecture, lecture orale, prise de parole… Par exemple, les applications Kerity la maison des contes ou Frog and ox permettent  aux élèves de découvrir la lecture de façon ludique. Ils peuvent ainsi naviguer à leur rythme dans l’histoire, demander une aide à la lecture, s’amuser avec les décors et les personnages qui s’animent au fil des pages. Les élèves ont aussi beaucoup apprécié une application de chasse au trésor où la lecture et la compréhension du texte leurs permettaient d’aller plus loin dans l’histoire pour au final trouver ce fameux trésor.

L’utilisation de la tablette semble donc être un outil intéressant sur plusieurs aspects:

-Aspect tactile : Les écrans attirent les enfants. « Tombés dedans quand ils étaient petits », ils n’ont pas cette appréhension que peuvent avoir les adultes. Ils sont curieux de découvrir ces nouveaux outils. Grâce à la tablette, l’enfant a une prise totale sur l’écran et donc sur l’activité qu’il est en train de mener. De plus, la tablette travaille aussi la motricité fine.

– Aspect cognitif : les couleurs,les images, les sons, les mouvements mettent tous les sens en éveil et créent une surprise permanente chez les plus jeunes comme chez les plus âgés.

– Aspect interactif : l’enfant est maître de l’outil, c’est lui qui va chercher l’information, les connaissances nécessaires à son apprentissage.

– Aspect éducatif : l’enfant apprend  de façon ludique. La tablette permet de découvrir et de travailler dans de nombreuses disciplines (Français, Maths, Arts plastiques…) en variant les apprentissages grâce à de multiples modes d’entrée :  éveil, lecture, jeux, dessins, quizz…

– Aspect ludique : La tablette reste un support permettant à l’enfant d’apprendre en jouant. Une méthode prônée par de nombreux pédagogues comme Winicott, Maria Montessori, plus récemment André Giordan, malgré les réticences de Célestin Freinet par exemple.

Bien sûr, de nombreux arguments négatifs remettent en question l’usage pédagogique  de la tablette : le renforcement de « l’effet zapping », le danger du wifi, le rejet des apprentissages traditionnels pourtant fondamentaux, l’appauvrissement de la mémoire ou encore la diminution des capacités de synthèse personnelle. Toutefois, la tablette semble être un support innovant plus qu’ intéressant que les enseignants doivent envisager.  Sans penser qu’elle est la solution à tous les problèmes éducatifs et pédagogiques, il nous faut découvrir ses apports, notamment pour aider des élèves en difficulté et varier les modes d’entrée dans les apprentissages.

Fabrice Cassaregio nous a conseillé différentes ressources web traitant de la lecture numérique et de l’usage des tablettes en général. En voici quelques exemples :

  • http://www.vousnousils.fr/ : un carrefour d’information et de communication au service de la communauté éducative, de la recherche et de la culture.
  • Les écrans, le cerveau et… l’enfant :  un projet thématique pour l’école primaire, permettant aux enseignants, enfants et parents d’explorer les raisons pour lesquelles les jeux vidéo, Internet et autres « écrans » sont si fascinants et captivants, tout en posant un regard scientifique élémentaire sur un « continent » généralement méconnu : le cerveau.
  • Le site internet de la BNF dédié aux enfants avec la  mise à disposition de livres numérisés.
  • Un scoop-it dédié à l’usage pédagogique des tablettes.
  • Le site www.declickids.fr qui propose une sélection pertinente et des commentaires sur des applications gratuites ou à moindre coût pour les enfants.

Pour le bilan de cette expérience, un changement de comportement a été rapidement repéré chez les élèves ayant participé à l’expérience. En effet, ils sont  repartis avec une meilleure confiance en soi, une capacité de lecture et une expression orale plus assumée. Les élèves reviennent même régulièrement à la médiathèque,  ils ont aussi créé un comité de lecture au sein de leur collège.

@jbourguet

Zoom sur les pages « spotted » de facebook : entre littérature, déclaration d’amour et dérapages.

Arrivée des pays anglo-saxons,  les pages « spotted » Française  qui rapellent aux plus jeunes la série Gossip Girl ne cessent de progresser sur la toile. Le principe est simple : les lycéens et étudiants postent des messages enflammés de façon anonymes sur les pages spotted de leurs établissements scolaires.facebook

Un seul but: retrouver  la jolie blonde du cours d’EPS, avouer ses sentiments au petit brun de l’amphi de droit … Les pages spotted serait donc une version web 2.0 des rubriques du coeur des journaux tel que libération. Terrain de jeu pour les étudiants des universités Françaises, les pages se multiplient depuis le début de l’année chez les plus jeunes (lycéens et collégiens).

Les pages » spotted » peuvent être montrées comme de réelles pépites littéraires à une époque où l’on insiste sur la baisse du niveau d’écriture de nos jeunes. Toutefois, plusieurs dérives commencent à inquiéter sérieusement la communauté éducative:nolike

1) Les pages « spotted » qui ne sont bien sûr pas des pages officielles des établissements sont souvent mises en valeurs au couleurs de celui-ci (photographies, logos…).  Le problème tient donc dans le fait que ces pages donne un certain regard sur les établissements… Regard non souhaité par les établissements.

2)  Les messages d’amours tournent de plus en plus  en  messages provocateurs voir pornographiques à destination des professeurs comme par exemple au lycée Jacques Ruffié où un élève a été exclu a cause de ses propos sur la page spotted de son lycée.

En tant que professeurs, établissements, équipes pédagogiques mais aussi parents: Comment pouvons-nous  faire face aux dérapages de ces pages « spotted » ? Depuis quelques jours,  quelques ressources en ligne tentent de répondre à cette question. Ainsi, le site enseignons.be nous donnent des pistes de résolutions possibles avec COMMENT LES ÉCOLES PEUVENT-ELLES ÉVITER LES DÉRIVES DES « SPOTTED »?.

L’expresso du café pédagogique a aussi mis en ligne un article datant du 20 février intitulé: Spotted : Quand les lycéens déclarent leur flamme, tout s’enflamme…  Enfin, les pages spotted seraient en train de s’insérer dans de nombreux lieux publics dont les transports en commun au grand bonheur des presses régionales.

@jbourguet