International event in the ESPE d’ Aquitaine (2)

Meeting with two teachers of Samsun University in order to speak about children’s literature : 

 S1030002

           Literature for children is enjoyed by adults and children but must be adapted to the cognitive development and the social abilities of the children. Three important researchers have worked on childhood’s evolution. Jean Piaget was interested in the intellectual and cognitive development of the child which he defines in four stages : the sensorimotor period, the preoperational period, the period of concrete operations and the period of formal operations. Children’s Books can be classified according to these various stages. Yet, Erik Erikson worked on the child’s social development. From his side, Lawrence Kohl wrote about the development of the moral judgment of children. However, they can be classified in different genres and subgenres like in adult literature as novels, poetry, fantasy… In the 19th century book for children didn’t exist. This idea emerged from two philosophers, J. Locke and J.J Rousseau and the early 19th century became the “golden age” of literature for children with the Grimm brothers, H.C Andersen. Nowadays, many awards exist in the world to encourage children literature’s writers.

 

La littérature de jeunesse est appréciée des enfants autant que des adultes. Néanmoins, elle doit s’adapter aux différents stades de développement de l’enfant. Certains chercheurs comme J. Piaget, E. Erikson et Lawrence Kohl se sont penchés sur ce sujet. Pour Piaget, quatre stades se succèdent dans le développement de l’enfant : la période sensorimotrice, la période préopérationnelle, la période des opérations concrètes et pour finir, la période des opérations formelles. C’est donc en fonction de ces différents stades de développement que les livres pour enfants sont classés par genre et sous-genre (les livres d’éveil, les comptines, les contes, les fables, la science-fiction…). Au XIXème siècle, les livres pour enfants n’existaient pas, c’est pourquoi, avec les deux philosophes Locke et Rousseau, est apparu l’âge d’or de la littérature de jeunesse dont les plus représentatifs sont les frères Grimm et H. C. Andersen. De nos jours, de nombreux prix récompensent les écrivains et les illustrateurs de littérature de jeunesse.

See the slideshow :  Literature for Children (1)

@lucie_ruffin @jbourguet @Lefebvrechris16

Publicités

International event in the ESPE d’ Aquitaine (1)

S1030014

Meeting with two teachers of Samsun University in the context of the Erasmus European Programme : 

 

Ms. Zerrin Eren and M. Mufit Semel came from the University of Samsun in Turkey on an Erasmus Mobility Programme from 16 to 19 September 2013. The University of Samsun or (OMU : Ondokuz Mayis Universitesi ) was established in 1975. Today, with over 40.000 students and 2 000 academic staff, it’s one of the leading universities in Turkey in terms of staff quality and number, in academic, social facilities and infrastructures. Besides, with 15 faculties the internationalisation represents one of the main objectives that’s why OMU wants to develop and be recognised on the international level. Being aware of the importance of creating knowledge and technology as well as increasing the international imployability of its graduates, continuous development of education and research quality is of utmost importance. The University also encourages the students and staff to experience international cultures and communication and interaction are at top level. 

In this context M. Mufit Semel and Ms. Zerrin Eren came to Merignac’s Espe. The Erasmus European programme offers the possibility of studying or working abroad in another country. It’s a very good experience to travel in a country. It allows students or teachers to meet diverse partners, to discover a different culture from theirs but also to exchange with foreign students as well as professors. 

Teaching staff mobility enables staff to spend a teaching period between 1 day – or at least 5 teaching hours – and 6 weeks at a higher education institution in another participating country. This programme aims at encouraging higher education institutions to broaden and enrich the range and content of the courses they offer, to promote the exchange of expertise and experience on pedagogical methods, to create links between higher education institutions and the enterprises and to motivate students and staff to become mobile and to assist them in preparing a mobility period.

 

@lucie_ruffin @jbourguet @Lefebvrechris16

 

 

La littérature de jeunesse

litt jeunesse

Les options ont cette particularité de réunir les étudiants des masters 1 et 2 de la spécialité documentation et systèmes d’information à l’occasion d’un cours portant sur l’utilisation de la littérature jeunesse dans l’enseignement scolaire. Pour cela est intervenue auprès de nous Mme BERNINI, professeur-documentaliste du collège Emile Zola de la commune de Le Haillan.

Dans un premier temps, Mme BERNINI nous a proposé d’entamer une réflexion autour de la place de la littérature de jeunesse dans l’enseignement scolaire, et nous a notamment demandé si la promotion de ce type de littérature faisait partie des missions du professeur-documentaliste. Il s’agit ici pour nous d’une question rhétorique, l’apprentissage de la lecture étant une connaissance fondamentale à acquérir au cour de la scolarité et la littérature de jeunesse semble le genre le plus adapté aux élèves. Mais en citant le socle commun comme support pour notre argumentation nous avons soulevé un point plus précis dans la question de Mme BERNINI, il n’était pas ici question d’apprentissage de la lecture.

La question était bien plus précise que ce que nous avions pensé au premier abord, il s’agit de la place que l’on accorde à la lecture plaisir dans l’enseignement scolaire. Est-il du rôle du professeur-documentaliste de mettre en place un fonds destiné à développer chez les élèves le plaisir de lire ? La encore le socle commun nous aide à répondre car celui-ci fut clairement mis en place comme un outil permettant « de développer certaines capacités, mais aussi certaines attitudes : le goût pour la lecture, l’ouverture au dialogue, la volonté de justesse dans l’expression… ».

Une fois admis le fait que la littérature de jeunesse est un outil permettant d’encourager chez les élèves un goût pour la lecture, nous nous sommes interrogés sur ce que nous pouvions offrir à nos élèves. Car en cherchant à stimuler le plaisir de lire, le professeur-documentaliste doit-il pour autant se tourner uniquement vers les grandes parutions à succès ( Twilight, Hunger Games, Harry Potter…) ? Si ces titres peuvent avoir un effet d’appel sur les élèves, il est important de leur proposer une offre plus large, plus complète et portant sur des thèmes plus personnels que ce que les best-sellers proposent. Pour cela Mme BERNINI nous a fait découvrir plusieurs maisons d’éditions reconnues pour la qualité de leur publication jeunesse. Voici quelques-unes de mes favorites :

http://www.actes-sud-junior.fr

http://www.gallimard-jeunesse.fr/9-13-ans

http://www.gulfstream.fr/

http://www.editionsmilan.com/

http://www.editions-sarbacane.com/index2.htm

http://www.syros.fr

 

Pour illustrer l’utilisation de la littérature jeunesse dans les établissements scolaires, voici quelques exemples :

Le Blog du CDI du Lycée Paul Arene de Sisteron, qui propose des critiques, écrites par les élèves, pour de multiples ouvrages http://blogedu.tv/cdi1/category/critiques-de-livres-2105

Le blog de Christophe Boutier, professeur documentaliste au collège de Gannat dans l’Allier. Il propose un tour complet d’activités à proposer autour de la littérature de jeunesse http://litterature.jeunesse.over-blog.com/

Et enfin la proposition par Savoir CDI de séances autour du roman policier http://www.cndp.fr/savoirscdi/cdi-outil-pedagogique/base-initiatives/initiatives-pedagogiques/le-roman-policier-une-approche-pedagogique-et-ludique.html

Nous remercions Mme BERNINI pour son intervention stimulante et la découverte des maisons d’éditions.

@SybilNile

 

Visite à la Médiathèque du Bois Fleuri

Le mardi 26 février 2013, les étudiantes du master DSI, dans le cadre de l’option littérature jeunesse, ont effectué une visite à la médiathèque Bois Fleuri à Lormont. Durant la matinée de cette visite, deux professionnels, Fabienne Aguiriano et Fabrice Casareggio, ont présenté le fonctionnement général et les activités de la bibliothèque ainsi que les propositions qui sont faites autour du numérique. Puis, Fabienne Aguiriano, responsable du secteur jeunesse, a guidé les étudiantes dans le fonds jeunesse de la médiathèque.

Pour la politique d’acquisition du fonds jeunesse, la bibliothécaire se base sur les blogs, sur les revues Citrouille, Livres hebdo, Revue des livres pour enfants, sur les nouveautés des librairies (offices).
Pour le secteur jeunesse, la notion d’âge n’est pas considérée comme une catégorie prioritaire. On valorise plutôt les goûts et les centres d’intérêt de l’enfant. En ce qui concerne le classement du fonds jeunesse, ce n’est pas celui qu’on attendrait habituellement, basé sur des cotes complexes. En effet, si les grandes classes de la classification Dewey ont été gardées (voir photo), elles ont été adaptées par un langage plus compréhensible aux enfants (des verbes à l’infinitif). Ainsi, les bibliothécaires, par ce système simple, ont voulu favoriser l’autonomie des enfants.

007

D’autres initiatives pour le secteur jeunesse ont été mises en place:

-pour des thématiques souvent demandées (loups, princesses, pirates, chevaliers, sorcières,…), alors que le classement alphabétique les disperse dans le fonds, des images en rapport avec le thème sont affichées sur les bacs. Ainsi, l’enfant s’approprie d’avantage le lieu et là aussi, l’autonomie et le sens de l’observation sont encouragés.
-pour quelques albums qui traitent de thèmes particuliers ou de sujets sensibles tels que la maladie d’Alzheimer ou la mort par exemple, un logo a été crée et apposé sur chaque livre « A lire avec un adulte ». Et ces livres sont rangés ensemble dans le bac « Albums pour plus grands ». Il y a alors une forme de prévention de la part des bibliothécaires.
-le système de rangement pour la petite enfance s’appuie aussi sur sept thématiques, dont chacune a son propre logo, apposé sur chaque livre : « Séries des tout-petits, livres-surprises, éveil et apprentissages, ton environnement, vivre ensemble, vie quotidienne et loisirs, et imaginaire ». Proche des tout-petits, ce système facilite le rangement d’une part, et la recherche d’autre part. C’est ainsi que la médiathèque part des besoins des enfants tout en s’adaptant.

De plus, il existe des bandes dessinées adaptées pour les plus jeunes où l’on peut voir seulement des images. A côté des albums et des bandes dessinées, on trouve des périodiques qui s’articulent autour de plusieurs thématiques : bricolages, lecture, premiers documentaires scientifiques et connaissance du monde. Ces périodiques s’adressent principalement aux enfants de la maternelle à la sixième.

Un ipad est également mis à la disposition du public avec un large choix d’applications allant de la lecture d’histoires et de contes, à des notions de premiers apprentissages ou des documentaires et des jeux. Depuis peu, une heure du conte numérique est proposée « iStoires », en prolongement du livre et adaptée en fonction de l’âge des enfants.

009

010

La disposition du fonds jeunesse est conçue par rapport à l’évolution de l’enfant : en effet, on trouve d’abord la petite enfance et les berceuses et comptines, les albums, les bandes dessinées pour les plus jeunes, les périodiques, les premiers documentaires et les documentaires. On continue ensuite sur les premiers contes et les contes, les premières lectures et les romans, la poésie et le théâtre et enfin les romans pour adolescents qui peuvent aussi se lire à l’âge adulte, la presse pour les adolescents et adultes. Il y a alors une progression du savoir. La signalétique est bien distincte : par exemple, lorsqu’on voit une vignette rouge, on va trouver un livre accompagné d’un CD et lorsqu’on trouve une cote grisée, cela signifie que le livre est adapté à la fois pour les adolescents et pour les adultes.

013

Par ailleurs, des projets ont été menés pour favoriser la lecture :
Pour la petite enfance, en lien avec des structures petite enfance de la ville (Crèche familiale et RAM), un comité de lecture « Lireli Lirela » a été mis en place. Concernant les établissements scolaires, il existe aussi un comité de lecture pour les cycles 1 et 2 et le prix de lecture Bois Fleuri avec deux catégories (Graine de lecteur : 8/10 ans et Lecteur en herbe : 10/12 ans). Pour les adolescents, un Club des adolescents appelé « les R’Ado’teurs » a été constitué. Ce club permet aux adolescents de pouvoir écrire des critiques sur les ouvrages qu’ils lisent.

014

En conclusion, nous pouvons dire que le secteur jeunesse de la médiathèque Bois Fleuri a beaucoup de succès : en 2012, 35000 prêts y ont été effectués. La médiathèque offre un grand espace clair, ouvert aux usagers, adapté aux enfants. Le travail de médiation des professionnels est fondamental : l’agencement des ouvrages dans l’espace, les activités avec les enfants, les coups de cœur par exemple donnent envie de lire. Avec les I-pads, la lecture s’enrichit de nouvelles propositions.

@amelina_de

Référence complémentaire sur la médiation en bibliothèque :

La médiation: concept-clé ou mot-valise

Festival B.D. Lormont, 23 et 24 mars !

Les 23 et 24 mars,venez buller sur la rive droite de Bordeaux, pour le festival de la bande dessinée, installé pour cette 12ème édition à Lormont dans la  récente médiathèque du bois Fleuri.

Les Bulles en Hauts de Garonne est une manifestation itinérante qui se déroule alternativement dans 5 villes de la Rive droite de Bordeaux : Bassens, Carbon-Blanc, Cenon, Floirac et Lormont. Chaque année, elle pose ses valises sur l’une d’entre elles. Elle est inscrite dans un projet global organisé par  Passage à l’art, qui  tout au long de l’année,  de par sa dimension éducative et artistique coordonne les parcours B.D. ,  le forum de la B.D. au Centre commercial rive Droite jusqu’au 23 mars (dépêchez-vous), des ateliers animés par des auteurs, des expositions et des spectacles.

Le festival ouvre ses portes de 10 à 19 heures le samedi 23 et le dimanche 24 mars 2013. Au programme de cette année :  tous les thèmes autour de la mémoire. Une cinquantaine d’ auteurs et d’ illustrateurs sont invités, dont  le Lormontais : Jacques Pavot qui  présentera et dédicacera sûrement sa nouvelle B.D. : l’Irlandaise. Ainsi que, par exemple : Bruno Loth, Sandrine Revel, Cecil qui a signé l’affiche de ce 12 ème festival, Barranger, Max de Radiguès (auteur de 520 km.), ou Rascal. Consultez la liste complète pour plus de précisions.

Des expositions sur Holmes et  XIII Mystery suivis d’une table ronde auront lieu( et de nombreuses autres), ainsi que des concerts dessinés et lectures dessinées et des spectacles à découvrir en famille dont Fables musicales, fables dessinées. N’oubliez pas de consulter le programme tout entier.

Des ateliers numériques animés par Actibus et des ateliers papiers animés par Max de Radiguès lui-même sont prévus tout au long du week-end.

Bonne semaine en attendant le week-end prochain.

@Lefebvrechris16

Le salon de la littérature de jeunesse

Prenez l’air ce week-end à Arcachon :  du 22 au 24 février 2013 le salon de la littérature se jeunesse ouvre ses portes. A ne pas manquer : des auteurs (Guillaume Guéraud, Christine Pompei, Claire Franek, Frank Prévot…  et des illustrateurs ( Christos, Lucile Placin, Pascale Breysse, Lauranne Quentric…) seront présents pour vos dédicaces. L’inauguration aura lieu à 17 heures le vendredi 22 et des spectacles de théâtre, des projections de film pour les enfants auront lieu tout le week-end. Voyez le programme complet. et les différents blogs et sites :

http://www.emmel-a.net

http://www.citizenkid.comSORTIEEvènements enfantsSalon

Et si vous êtes à Arcachon, profitez-en pour écouter de la musique ou faire du sport.

@LefebvreChris16

Rencontre avec Max Ducos

Dans le cadre de rencontres avec des auteurs et illustrateurs de littérature de jeunesse, organisées par les documentalistes et bibliothécaires des CRD de l’IUFM d’Aquitaine, Max Ducos a animé une rencontre au CRD de Mérignac le 5 février 2013.

Commençons par un petit portrait de cet auteur ! Né en 1979 à Bordeaux, titulaire d’un baccalauréat littéraire, il entre à la faculté des Arts plastiques de Bordeaux et y demeure jusqu’en 2002, date à laquelle il obtient sa licence. Durant les quatre années suivantes il étudie à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs à Paris. Dans le cadre de sa formation, il a réalisé un projet de fin d’étude : Jeux de piste à Volubilis, publié en 2006 aux éditions Sarbacane. Cet album lui permet de lier sa passion pour la peinture à celle des livres pour enfant. Il a d’ailleurs remporté en 2008 le Prix des Incorruptibles, décerné par les enfants ainsi que le Prix Versels en Belgique. En 2008, il publie un second album intitulé L’Ange disparu – qui explore l’histoire de la peinture – puis en 2010 Le Carnaval des dragons et Vert Secret en 2011. À côté de son travail d’illustrateur, Max Ducos peint, parallèlement à ses études à l’École des Arts Décoratifs, il a notamment exposé ses œuvres, à la galerie Philippe Frégnac dans le quartier de Saint-Germain des Prés.

© Max Ducos
© Max Ducos

Jeu de piste à Volubilis met en scène la quête initiatique d’une fillette solitaire qui découvre dans son bureau une lettre mystérieuse. C’est le début d’une chasse au trésor tandis que plusieurs indices sont cachés dans chacune des pièces de la maison Volubilis qui l’intrigue et l’inquiète. Au fur et à mesure que le personnage découvre les pièces de cette grande maison, il entre en dialogue avec l’espace qui est propice au jeu grâce à ses formes géométriques et à son architecture moderne. La fillette peut grimper, explorer l’espace et ainsi découvrir sa propre maison. Au fil de la lecture, on peut apercevoir des œuvres, des références artistiques retravaillées (Picasso, Le Corbusier, Mondrian) mais elles demeurent au second plan. L’auteur, en effet, met davantage l’accent sur le récit, l’aventure qui captive l’enfant. C’est pourquoi ces références ne doivent pas être à tout prix comprises, la compréhension pourra venir plus tard.

© Max Ducos
© Max Ducos

Dans Vert Secret Max Ducos part d’une dispute pour aborder la relation amoureuse entre deux enfants, Flora et Paolo toujours dans une chasse au trésor mais cette fois-ci dans un jardin à la française. Le jardin permet à l’auteur de parler d’amour en faisant référence au langage des fleurs, chacune d’entre elles exprime un sentiment (que l’on retrouve à la fin de l’ouvrage sous forme de lexique).

 

Pour créer les décors de ses albums, Max Ducos s’inspire de ses voyages ou de films d’animation. L’auteur accorde une grande importante aux lieux : en effet, une fois le thème central de son album choisi, il commence par créer un lieu, c’est-à-dire l’environnement dans lequel l’enfant va évoluer. Pour élaborer cet espace, il réalise une maquette 3D. Il y intègre ensuite des sculptures et des peintures d’artistes connus – qui sont retravaillées – puis il écrit l’histoire et fait interagir le personnage et l’espace. Max Ducos travaille longtemps sur les illustrations, élément primordial en littérature de jeunesse.

Si vous voulez en savoir d’avantage sur Max Ducos, voir son site professionnel : http://www.maxducos.com/

Pour approfondir, on peut également mentionner l’article « Du jeu, des enfants, des livres : les albums ludiques de Max Ducos » de Christiane Connan-Pintado – maître de conférence en langue et littérature française à Bordeaux IV (IUFM d’Aquitaine) – paru en septembre 2010 dans la revue Nous voulons lire. 

@jmainhaguiet

Le livre en analyse

Article particulièrement intéressant d’Annie Rolland sur le site de Ricochet, le livre en analyse. qui nous démontre que la peur est bénéfique pour apprendre à grandir comme le disait aussi  Françoise Dolto. Avoir peur pour apprivoiser sa peur. Se confronter à ses démons. Voilà qui laisse des perspectives aux grands anxieux et autres émotifs!

@LefebvreChris16