Comprendre la médiation culturelle

Comment sensibiliser un public le plus largement possible au savoir et à la culture ?

Panneau d'exposition : Paroles d'Afrique au Musée Ethnographique de Bordeaux
Panneau d’exposition : Paroles d’Afrique au Musée Ethnographique de Bordeaux

Enjeu phare des institutions culturelles, l’accès au savoir et à la culture pour tous nécessite la mise en place d’outils de médiation toujours plus créatifs et innovants en vue de capter un public réel et potentiel.  A partir de la pensée d’auteurs, nous allons explorer le concept de médiation culturelle et ses évolutions à l’aune du numérique.

La médiation culturelle : ses objectifs, ses dispositifs et ses perspectives

Construire, organiser et exposer des collections d’œuvres d’art au sein des musées ou des bibliothèques ne suffit plus aujourd’hui. Nécessairement, il faut élargir la visibilité de ce patrimoine afin d’assurer une égalité d’accès à la culture et au savoir, en particulier en direction des publics éloignés. Mettre en œuvre un travail de médiation adapté permet aux individus de connaître et d’appréhender plus facilement les œuvres muséales. Ce dispositif offre la possibilité aux institutions culturelles de répondre à des impératifs sociaux et éducatifs.

Selon Jean CAUNE dans son ouvrage La médiation culturelle : une construction du lien social, la médiation s’exprime de manière directe (un médiateur présent dans l’action de médiation) ou indirecte (signalétique, site internet, outils interactifs…). De plus, elle représente : « l’ensemble des actions qui vont faire en sorte de réduire les écarts de compréhension entre des œuvres et le public ». Dans son aspect social, la médiation suppose la prise en compte des spécificités des publics visés. L’objectif est de mettre en relation un public éloigné avec l’institution pour qu’il y trouve sa place et accède aux œuvres. Du point de vue éducatif, la médiation a pour objectif d’apporter un enseignement informel en accompagnant l’usager dans sa rencontre avec l’œuvre et le savoir.

A l’heure du numérique, les musées multiplient les médiations indirectes à l’aide de nouveaux outils interactifs. A partir d’une application sur téléphone portable, la réalité augmentée ou RA offre la possibilité aux spectateurs d’obtenir des contenus informatifs complémentaires concernant une œuvre ou bien de s’immerger virtuellement dans un tableau dans le cadre d’une exposition muséale. Ces technologies numériques multiplient les possibilités de médiation dans les musées ou les bibliothèques et permettent de capter un public plus large.

Comme l’indique Vincent Liquète dans la publication collective Médiations de la revue Hermès, les formes de médiations tendent à évoluer vers le renforcement du ludique, le passage à l’expérimentation et le transfert d’un cadre technique au cadre intuitif.

Bibliographie

CAUNE, Jean. La médiation culturelle : une construction d’un lien social, 2006. (page consultée le 07/05/13).

CONTENOT, Félicie. « La médiation au service de la confluence du musée et de la bibliothèque », BBF, [en ligne], 2011, n° 4.

LAMIZET, Bernard. La médiation culturelle. Paris : L’harmattan, 2000.

LIQUETE, Vincent. « Médiations et communications », Hermès, 2010. (Les essentiels d’Hermès).

SANDOZ, David. Repenser la médiation culturelle en bibliothèque publique : participation et quotidienneté. Mémoire d’étude sous la direction de Bernard Huchet, ENSSIB, 2010.

@_lrichard_

Publicités

Médiation du patrimoine de l’éducation

CapturerDans le cadre du programme régional de recherche : Patrimoine aquitain d’éducation, l’IUFM d’Aquitaine a organisé une conférence le 30 janvier 2013 « A la découverte du patrimoine de l’éducation : valorisation, médiation, communication » qui s’est tenue au musée d’Aquitaine de Bordeaux.

Cette journée d’étude avait pour objectif d’étudier et d’apporter des éléments de réponses concrètes aux interrogations suivantes :

Comment valoriser le patrimoine éducatif régional ? Quels sont les enjeux épistémologiques, pédagogiques et juridiques liés à la médiation du patrimoine ? Quels sont les outils de médiation nécessaires pour communiquer et partager ce fonds documentaire spécifique ?

Le patrimoine et ses enjeux

Les premiers intervenants ont ouvert la séance en soulignant l’importance de rassembler, de traiter , de rendre visible et partageable ce patrimoine éducatif à l’attention de tous et plus particulièrement de la communauté éducative. La notion de « machinerie patrimoniale » a été évoquée pour désigner l’omniprésence du patrimoine dans la société et le monde de l’éducation. Pour mieux appréhender son passé et son identité, cet ensemble documentaire peut être didactisable et didactisé pour des enseignements au patrimoine de l’éducation.

Dans ce cadre, le patrimoine de l’éducation national nécessite un travail collectif pour appréhender les liens entre histoire et éducation. Des actions de médiations concrètes sont à décrire : médiations sur le plan documentaire, social, culturel et pédagogique. Ce type de projet doit être mis en œuvre en prenant en compte les aspects politiques (inscription dans des programmes nationaux et internationaux), techniques (interopérabilité des systèmes, collaboration des chercheurs, numérisation…) et juridiques (traitement des droits dans l’utilisation d’une œuvre). Enfin, la médiation du patrimoine nécessite un accompagnement et une prise en compte de la réception du contenu culturel. Les conclusions de l’introduction scientifique mettent l’accent sur l’apport indéniable du numérique et des nouvelles technologies pour finaliser les projets de médiation du patrimoine éducatif régional.

Actions de médiation du patrimoine régional

Le deuxième volet de la journée a donné lieu à plusieurs interventions concernant la valorisation du patrimoine et numérisation, la pédagogie du patrimoine en éducation et les transformations du patrimoine.

  • Qu’est-ce que la BNSA ?

La Banque Nationale du Savoir Aquitain est un programme de numérisation des patrimoines locaux. Développée par la DRAC Aquitaine (Direction Régionale des Affaires Culturelles) et la Région Aquitaine (Direction de la Culture et du Patrimoine), elle a pour objectif de numériser et de valoriser le patrimoine bâti, écrit, artistique, paysager, oral de la préhistoire jusqu’aux cinquante dernières années. Elle déploie ses projets autour de trois axes : la création de collections documentaires numérisées en direction d’un public spécialisé, d’un dispositif pédagogique BNSA à l’attention de la communauté scolaire et de productions éditorialisées et des services numériques de médiation à destination du grand public. La fabrique BNSA est un dispositif nouveau dédié aux nouvelles formes de médiations numériques mis en place par la Région Aquitaine ( production de serious games par exemple ). Actuellement, ce dispositif s’oriente vers de nouvelles formes de médiations autour des nouvelles écritures et des nouveaux médias. L’objectif constant est de s’approprier au mieux les richesse aquitaines.

Pour offrir un meilleur accès au patrimoine éducatif du Nord-Pas-de-Calais, les bibliothécaires de l’IUFM de Lille ont choisi de valoriser les collections des anciennes écoles normales de la région. Le but était de créer une bibliothèque patrimoniale numérique qui soit visible sur le web. A partir des moyens et du temps qui étaient à leur disposition, les professionnels ont choisi de numériser un corpus d’ouvrages original et les planches scolaires des écoles normales. Issues du web 2.0, les fonctionnalités de cette bibliothèque numérique lui permettent d’être interactive avec l’ensemble des internautes, notamment sur les réseaux sociaux. Pour être au mieux partagée et partageable, la bibliothèque numérique de l’IUFM de Lille est en lien avec la bibliothèque numérique de la BNF, Gallica . L’objectif des initiateurs du projet est de devenir acteur dans l’enrichissement du web pour permettre la dissémination la plus large de l’information.

  • Archives municipales de Bordeaux et le numérique

Mettre en place de nouvelles formes de médiations est le point de travail prioritaire de l’établissement. En lien avec les écoles de la région, elle souhaite initier une politique de médiation pédagogique et développer les outils numériques. C’est dans ce cadre que les archives municipales de Bordeaux ont réalisé le parcours Monumérique-archimérique ou Traite négrière, esclavage et abolitions. En partenariat avec les acteurs de l’éducation artistique et culturelle de la région, l’établissement a pour objectif pédagogique d’éduquer les jeunes au regard et à la citoyenneté, de développer leur esprit critique, de les éduquer aux techniques documentaires et à l’écriture numérique jusqu’à la mise en ligne et de leur faire découvrir les métiers du patrimoine et du numérique.

Conclusions de la journée

Avant de clôturer le débat, les derniers intervenants ont soulevé plusieurs interrogations encore perceptibles dans les projets de médiation du patrimoine. Ils ont notamment rappelé l’importance de l’interopérabilité des ressources et d’une indexation pertinente des corpus pour une meilleure dissémination des informations sur le web. Selon eux, la valorisation dans le domaine du patrimoine reste encore à l’essai : l’accompagnement dans la médiation et le processus de réinvention des ressources à l’heure du numérique sont encore en questionnement. Enfin, ils signalent que le support numérique demeure davantage étudié et utilisé par les communautés professionnelles issues des domaines artistique et culturelle que par celles issues de l’enseignement scolaire.

@_lrichard_